Le viatique du prédicateur musulman (la sagesse)

Publié le par oumassia-perle

LE VIATIQUE DU PREDICATEUR MUSULMAN




Cheykh Mouhammad Ibn Saleh Ibn Otheimine



(Extrait : Page 29 à 30)



La sagesse consiste à avoir une connaissance parfaite des choses, et à savoir remettre chaque chose dans son contexte. Est contraire à la sagesse, le fait de se précipiter, d'exiger des gens qu'ils changent de condition, qu'ils quittent celle dans laquelle ils
 se trouvent, pour devenir ce qu'étaient les compagnons (de l'Envoyé d'Allah) du jour au lendemain. Celui qui désire cela est sans aucun doute stupide et loin de la sagesse;
car la sagesse d'Allah ne veut pas que cela se passe de cette manière, et ceci fut démontré par Muhammad l'Envoyé d'Allah
() celui sur qui est descendu le Livre, lors d'une descente faite par étapes, afin qu'une fois la révélation terminée, elle soit fixée dans les esprits. La prière devint obligatoire lors de l'ascension nocturne, trois ans avant l'émigration (de l'Envoyé   à Médine) (l'hégire).

Certains disent un an et demi, avant l'hégire; d'autres disent cinq ans avant l'hégire; selon les divergences d'opinions des savants... De plus, elle ne fut pas prescrite au départ telle que nous la connaissons aujourd'hui. Les prières de dhor, de l'asr, de l'isha et de sobh prescrites au début, étaient constituées de deux ra'ka, afin que la journée soit clôturée par un nombre de ra'ka impair. Après l'émigration (l'hégire), lorsque l'Envoyé d'Allah () eut passé treize ans à la Mecque, la prière de la personne résidente fut augmentée, et elle passa à quatre ra'ka pour les prières de dhor, l'asar, et de l'isha, tandis que la prière de sobh quant à elle resta comme elle était, car on y prolonge la récitation (du Coran). La prière du Maghreb resta également à trois ra'ka afin que la journée soit clôturée par un nombre de ra'ka impair. La Zakât (l'impôt légal) fut prescrite soit pendant la deuxième année de l'hégire, soit à la Mecque, sans que sa valeur et son carcactère obligatoire en fonction des situations ne soient fixés. L'Envoyé d'Allah () n'envoya ses percepteurs de Zakât  qu'en l'an neuf de l'hégire..............

Je dis donc que la sagesse ne peut accepter que le monde change du jour au lendemain, la patience est obligatoire. Prenez donc aujourd'hui de votre frère que vous prêchez, ce qu'il y a chez lui aujourd'hui comme vérité, et progressez avec lui petit à petit jusqu'à ce que vous le sortiez de l'égarement. Ne croyez pas que tout le monde est façonné selon un même moule! Car il existe une différence entre l'ignorant et l'obstiné. 

Avec l'autorisation des Editions Assia
Qu'Allah les préserve

Publié dans Comportement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article