L’importance de la Sunna

Publié le par oumassia-perle

L’importance de la Sunna par Cheikh Al-Albâni


undefined

INTRODUCTION

Le propos qui suit est le texte d’une conférence que j’ai donnée à Duha -capitale du Qatar- en le mois béni de Ramadan 1392 de l’hégire. Certains frères m’ont en effet suggéré de la publier en raison de l’importance des enseignements qu’elle recèle et du besoin ressenti par la communauté à ce niveau. En réponse à leur requête et pour marquer l’événement, j’entreprends ici de la diffuser afin de la rendre accessible au plus grand nombre. J’ai par ailleurs pris soin de l’agrémenter de quelques titres qui permettront à nos chers lecteurs d’en retirer les principales idées. J’espère ainsi qu’Allah me comptera parmi ceux qui concourent à la défense de Sa religion et au secours de Sa voie, et qu’Il me rétribuera pour ce travail. Il est, certes, le Plus Généreux de tous les recours.

La Place de la Sunna en Islam.

La Louange est à Allah. Nous Le louons et implorons Son aide ainsi que Son pardon. Nous nous réfugions auprès de Lui contre le mal de nos propres âmes et contre nos mauvaises actions. Nul ne saurait égarer celui qu’Allah guide ou guider celui qu’Il a égaré. J’atteste qu’aucune divinité n’est digne d’être adorée en dehors d’Allah, L’Unique et sans associé, et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Messager. Puisse Allah lui accorder, ainsi qu’à sa famille et à l’ensemble de ses compagnons, salut et abondantes bénédictions.

« Ô vous qui portez la foi ! Craignez Allah comme il se doit et ne mourrez que pleinement soumis ! » [1]

« Ô vous les gens ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être et a créé de celui-ci son épouse pour faire se répandre, à partir de ces deux là, beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au Nom duquel vous vous implorez les uns les autres et craignez de rompre les liens de parenté. Certes, Allah vous observe parfaitement . » [2]

« Ô vous qui portez la foi ! Craignez Allah et ne vous exprimez qu’en bien, afin qu’Il purifie vos oeuvres et vous accorde le pardon de vos péchés. Quiconque obéit à Allah et à Son Messager recevra une énorme récompense. » [3]


Certes, la plus véridique des paroles est celle d’Allah, et la meilleure des voies est celle de Muhammad. Les pires choses sont celles que l’on a introduites [en religion]. Or, toute chose introduite est innovation, toute innovation est égarement et tout égarement mène à l’enfer.

Cela dit :

Je ne pense pas pouvoir présenter à cette noble assistance -vu l’éminence des savants et des professeurs qui la composent- quoi que ce soit qu’elle n’aurait jamais acquis en termes de science. Et à supposer qu’il en soit ainsi, je me contenterai, par ces mots, de vous adresser un rappel et de me conformer par là à cette parole dans laquelle Allah nous dit :

« Et rappelle car certes le rappel profite aux croyants » [4]

Je n’ai pas trouvé judicieux de vous entretenir -en cette nuit bénie de ce vénéré mois de Ramadan- des divers mérites et prescriptions qui lui sont attachés et d’autres questions de ce genre qui sont généralement le fait des sermons et des discours d’orientation dont les jeûneurs tirent énormément de bénéfices. J’ai
plutôt opté pour l’étude d’un point d’une extrême importance en ce qu’il a trait à l’un des fondements de cette voie sharî‘a)qu’Allah a instituée, à savoir :

L’importance de la Sunna dans la législation islamique

La fonction de la Sunna vis-à-vis du Coran.

Vous savez tous qu’Allah a élu Muhammad صلى الله عليه وسلم en le gratifiant de la prophétie et qu’Il l’a distingué en lui confiant Son message. Il a donc fait descendre sur lui Son livre, le Noble Coran, dans lequel Il lui a ordonné -entre autres commandements- de l’expliquer aux gens. Ainsi a-t-Il dit :

« ... et Nous avons fait descend sur toi le Coran afin que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux... » [5]

Mise en évidence qui, selon moi, est de deux sortes :

a) La première est celle du texte et de ses règles, autrement dit : la transmission du Coran sans en cacher la révélation et sa récitation à la communauté tel qu’Allah le lui a révélé. Ce qui correspond à la signification du verset dans lequel nous pouvons lire :

« Ô Messager ! Transmets ce qui t’a été descendu de la part de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu n’aurais pas communiqué Son Message... » [6]


‘Â’isha (qu’Allah l’agrée) a d’ailleurs dit dans l’un de ses hadiths : « Celui qui vous relate que Muhammad a dissimulé une chose qu’il avait reçu l’ordre de transmettre a proféré là un énorme mensonge. » Suite à quoi elle a cité le verset ci-dessus mentionné. Une version de l’Imâm Muslim rapporte cet autre propos de ‘Â’isha (qu’Allah l’agrée) :

« Si vraiment le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم avait voulu dissimulé une chose qu’il avait reçu l’ordre de transmettre, il aurait caché la parole d’Allah suivante : « Quand tu disais à celui qu’Allah avait comblé de bienfait, tout comme tu l’avais comblé : « Garde pour toi ton épouse et crains Allah », et tu cachais en ton âme ce qu’Allah allait rendre public. Tu craignais les gens et c’est Allah qui est plus digne d’être craint... »

b) La seconde
est celle du sens des mots, des phrases ou des versets que la communauté a besoin de voir explicités. Ce qui a lieu le plus souvent avec les versets à signification sommaire (Al Mujmal), générale (Al ‘Âmm) et absolue (Al Mutlaq) que la Sunna se charge respectivement d’expliciter, de spécifier et de restreindre. Et ces trois opérations se font par le biais de la parole du Prophète, de sa pratique ou de son approbation. Le verset dans lequel Allah nous dit :

« Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main... » [7]

illustre très bien ce point. En effet, le terme « As-Sâriq » a, tout comme le terme « Al Yad », une portée absolue. Dans le premier cas, c’est la Sunna orale qui est venue clarifier cette portée en la restreignant au « voleur qui dérobe le quart d’un dinar ». Le Prophète صلى الله عليه وسلم ditainsi :
 
« La main n’est coupée que pour le vol 
d’un quart de dinar et plus ». [8]


C’est également la Sunna -par le biais de la pratique et de l’approbation du Prophète صلى الله عليه وسلم ou de la pratique des compagnons- qui a explicité celle du second terme puisque ces derniers avaient en effet pour usage de couper la main du voleur au niveau du poignet ainsi que cela est bien connu dans les ouvrages de hadiths. Et c’est encore elle qui a clarifié le sens du terme « Al Yad » cité dans le verset du Tayammum :

« ...et passez-vous-en sur le visage et les mains... » [9]

en précisant qu’il s’agit bien de la main. Le Prophète dit à ce propos : « Le Tayammum consiste à frapper une fois [la terre] pour le visage et les mains (Al kaffayn) » .

Et voici d’autres versets qu’il est impossible de comprendre correctement sans recourir à la Sunna :

 « Ceux qui ont cru et n’ont troublé la pureté de leur foi d’aucune injustice (zulm), ceux-là ont la sécurité et ce sont eux les bien-guidés. » [10]

Il s’avère que les compagnons comprirent « Az-Zulm » au sens général du terme qui englobe tous les types d’injustices, fussent-elles mineures. Ainsi dirent-ils au Prophète صلى الله عليه وسلم : « Ô Messager d’Allah ! Qui d’entre nous n’a pas entaché sa foi de quelque injustice ? » Et celui-ci de leur répondre : « Il ne s’agit pas de cela, mais uniquement de l’associationnisme (Ash-Shirk). N’avez-vous donc pas entendu la parole de Luqmân : « Ô mon fils ! Ne donne pas d’associé à Allah car l’associationnisme est vraiment une énorme injustice » [11]

_________________

[1] Sourate La Famille de ‘Imrâne, Verset 102. 
(traduction relative et approchée)

[2] Sourate Les Femmes, Verset 1. (traduction relative et approchée)

[3] Sourate Les Coalisés, Verset 70 et 71. 
(traduction relative et approchée)

[4] Sourate Les Vents dispersateurs, Verset 55. 
(traduction relative et approchée)

[5] Sourate Les Abeilles, Verset 44. (traduction relative et approchée)

[6] Sourate La Table, Verset 67. (traduction relative et approchée)

[7] Sourate La Table, Verset 38. (traduction relative et approchée)

[8] Rapporté par Al Bukhâri et Muslim

[9] Sourate Les Femmes, Verset 43
Sourate La Table, Verset 6. (traduction relative et approchée)

[10] Sourate Les Bestiaux, Verset 82.
 (traduction relative et approchée)

[11] Rapporté par Al Bukhâri, Muslim et d’autres

Source : L’importance de la Sunna
Auteur : Cheikh Nâciruddîn Al-Albânî
Traduction : Ali

http://www.sounna.com/article.php3?id_article=19

Publié dans As-sunna

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article